Se lancer en freelance : difficultés et conseils

se-lancer-en-freelance

Le statut de travailleur indépendant attire de plus en plus de Français aujourd’hui. En effet, ces dix dernières années, on constate une augmentation du nombre de travailleurs freelances à hauteur de 110 %. Quitter le salariat pour devenir un travailleur plus accompli, ce n’est pas une mince affaire. À travers 5 points, découvrez les difficultés auxquels vous pourrez faire face en tant que freelance ainsi que nos conseils. 

Les motivations pour se lancer en freelance 

Avant d’aller plus loin, posez-vous des questions sur vos réelles motivations pour se lancer en freelance. 

Si le salariat vous ennuie et que vous cherchez à tout prix à le fuir, cela peut être une mauvaise idée, car vous faites du freelancing une simple échappatoire. Dans ces cas-là, il est rare que cela fonctionne et beaucoup s’en étonnent. En effet, devenir freelance ne doit pas être un choix par défaut. 

Si vous ressentez le besoin de liberté : choix de vos clients, choix des missions, choix de votre organisation, etc. Le freelancing est fait pour vous. Toutefois, ayez conscience des difficultés à parvenir à cet idéal, surtout lorsque vous débutez. En effet, devenir freelance ne signifie pas forcément travailler moins. On s’accorde plutôt à dire qu’il s’agit de travailler à notre façon. 

Les difficultés que vous rencontrerez pourraient être relatives à votre motivation initiale, qui peuvent ne pas aller favorablement envers le statut de freelance. 

Le choix du statut 

Le choix du statut se fait en fonction de votre activité et de votre situation. Vous ferez votre choix aussi en fonction des avantages et des caractéristiques de chaque statut. Cela influe sur la facilité de gestion de votre future entreprise. En effet, si vous choisissez le mauvais statut, vous pourriez avoir plus de difficultés au niveau de la gestion administrative et comptable de votre entreprise. 

Quelle activité souhaitez-vous exercer ? Rédaction web, infographie, édition de vidéo, etc. Prenez le temps de mettre au point vos compétences, d’étudier le marché, et de vous documenter. Ces éléments influent également sur votre choix d’activité. 

Une fois que vous savez exactement ce que vous souhaitez faire, vient l’étape du choix du statut juridique. Prenez des conseils auprès d’organismes compétents pour vous aider à choisir le meilleur statut : entreprise individuelle, entreprise unipersonnelle, etc. 

La prospection 

On ne se lance pas en tant que travailleur indépendant aveuglément. Beaucoup trouvent des difficultés à prospecter, que ce soit pas timidité, ou par manque de méthode. 

Pour prospecter correctement, vous devez avoir une stratégie, et pour cela, posez-vous les bonnes questions. 

Quel est le profil de vos clients et où se trouvent-ils ? S’ils se trouvent sur les réseaux sociaux ou les réseaux professionnels, vous devez être actif sur ces réseaux. S’il s’agit d’agences web, vous pourriez vous constituer un portfolio et ensuite contacter ces agences directement en leur présentant un extrait de votre travail. 

Pour les plus timides, ou ceux qui débutent, une bonne alternative serait de s’inscrire sur les plateformes de microservices. Vous serez en contact avec les clients à travers les différentes missions, mais selon votre activité, vous n’aurez pas à leur parler de vive voix. 

L’aspect financier  

C’est le cas pour tout type d’entreprise qui démarre, freelance ou pas, vous devez avoir une trésorerie. En effet, il est rare qu’une activité vous rapporte de l’argent tout de suite. Ainsi, disposer d’économies est très important. Ne vous lancez pas sans rien en poche. 

Faites un prévisionnel pour votre activité : objectifs de chiffre d’affaires, charges, etc. Cela vous permettra d’avoir une vision financière globale de votre activité, mais vous sert aussi de guide pour orienter votre stratégie. 

Si vous facturez 500 €, combien allez-vous gagner une fois toutes les charges déduites ? Fixez vos tarifs, en prenant en compte vos charges. Il s’agit d’une grande difficulté à laquelle fait face beaucoup de freelance. Il existe plusieurs manières de fixer vos tarifs tant le sujet est complexe. Observez la concurrence et le marché, mais prenez également en compte votre niveau : débutant ou expert. Ce que vous devez considérer, c’est le fait que votre tarif horaire doit vous permettre de vivre de votre activité. 

L’organisation du travailleur indépendant 

Lieu de travail 

Il est très facile en tant que travailleur indépendant de mélanger vie personnelle et vie professionnelle. En effet, quand on est à son compte, la plus grande difficulté est d’arrêter de penser au travail une fois qu’on est en famille. 

Si vous travaillez depuis votre domicile, pensez à aménager un espace de travail dans un coin de la maison ou si vous en avez les moyens, allouer une pièce spéciale pour votre travail. Cette séparation géographique est le début pour bien faire la part des choses. Vous pouvez également aller travailler dans un espace de coworking. 

Planning et auto-discipline 

Une des qualités à avoir absolument en tant que freelance est l’auto-discipline. Quand vous êtes salarié, on vous impose vos horaires et vous devez les respecter au risque d’être licencié. En freelance, vous êtes libre de choisir vos horaires, encore faut-il que vous les respectiez. 

Il est facile de se laisser distraire, d’où l’importance de l’auto-discipline. Fixez-vous des horaires qui vous conviennent, vous avez la chance d’avoir le choix, et faites tout pour vous y tenir. 

 

Se lancer en freelance est une aventure pleine de difficultés mais également gratifiante une fois qu’on commence à voir les bons résultats de son travail. Et vous, êtes-vous prêt pour vous lancer en tant qu’indépendant ? 

 

5